Vous êtes ici

LE SOMMET AFRICAIN DE L’INTERNET AU SENEGAL (29 Avril – 11 Mai 2018)

Le Cinquième sommet Africain de l’Internet a été officiellement ouvert, le lundi 7 mai 2018, par le Premier Ministre, Monsieur Mahammed Boun Abdallah DIONNE, en présence des acteurs de l’écosystème Internet Africain, du Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation, Monsieur Mary TEUW NIANE, et du Directeur général de l’ARTP, Monsieur Abdou Karim SALL.
Cette rencontre, co-organisée avec le Ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie Numérique, l’ARTP, le Registre Africain de l’Internet (AFRINIC) et le Forum africain AfNOG, a démarré le 29 avril et s’est poursuivi jusqu’au 11 mai 2018 et a été une occasion d’échanger et de partager les bonnes pratiques pour accélérer le développement de l’Internet au Sénégal.
Lors de la cérémonie d’ouverture, le Premier Ministre qui a rappelé l’importance que le gouvernement accorde aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) est revenu sur l’intérêt d’accueillir une telle rencontre. Selon Monsieur Mahammed Boun Abdallah DIONNE, « le gouvernement du Sénégal considère le numérique comme un catalyseur pour la transformation structurelle avec une contribution du secteur des TIC de plus de 12% aux recettes budgétaires ». D’après le Premier Ministre, le sommet va « contribuer au renforcement de capacités des acteurs du numérique, aussi bien du public que du privé.» De même, il soutient qu’il va contribuer à la mise en place de mesures pour booster les investissements dans le secteur de l’économie numérique.
Le Directeur général de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) a fait savoir que le Sénégal a un taux de pénétration à l’internet de 62,9%. Selon Monsieur Abdou Karim SALL, « pour une population de 15 millions, le Sénégal a 9 millions d’utilisateurs d’internet dont 98,6% se connectent à travers le mobile ».
Listant les résultats obtenus dans ce domaine, il fait état d’une « croissance trimestrielle de 2,7% du parc global de ligne internet ». « Nous osons ainsi espérer qu’avec l’arrivée des trois (3) nouveaux fournisseurs d’accès à internet, dont les activités ont commencé le 27 mars 2018, pouvoir renforcer la concurrence, améliorer le taux de pénétration et démocratiser l’accès à internet », a-t-il fait savoir.
Le Directeur général a informé l’assistance sur l’importance de ce sommet qui « est un moment d’échange et de partage » et que 70 ingénieurs Sénégalais ont été formés sur les 150 participants durant la première semaine de formation organisée par AfNOG.
Il convient de rappeler que l'AIS (Sommet Africain de l'Internet) est l'événement phare qui regroupe les Organisations s’occupant de la coordination de l’Internet, aussi connues comme les Af*, telles que AFRINIC, AfTLD, AfNOG, etc. Les opérateurs satellites, télécoms et GSM ainsi que les gouvernements et les régulateurs sont présents. Sont aussi présents les acteurs travaillant sur les réseaux éducation et recherche, les IXPs, les linguistes pour la partie langues africaines et développement de contenus, les registrars et les acteurs des noms de domaines génériques, les contributeurs internationaux tels ICANN, ISOC, les RIRs et les IXPs et bien d’autres.
En somme, diverses sessions parallèles ont eu lieu parmi lesquelles, nous pouvons citer, sans être exhaustif :
-       Cela a permis à l’ICANN et la Francophonie d’organiser un atelier de renforcement des capacités pour les représentants africains et francophones du Comité Consultatif Gouvernemental (Governmental Advisory Committee ou GAC).
-       L’Internet Society (ISOC) a, quant à elle, organisé avec AfriNIC diverses sessions pour accélérer l’adoption et la mise en œuvre d’IPv6 pour les managers et les ingénieurs. La problématique de l’Internet des objets a également été abordée dans une approche multipartite prenant en compte la sécurité.
-       AFRICACERT et le GFCE ont eu à organiser des échanges sur la cybersécurité.
-       AFCHIX a tenu son sommet sur les femmes et les réseaux communautaires.
Au total, le Sénégal a reçu plus de 500 participants de 60 pays et le sommet a été retransmis sur YouTube dont 44 sessions en direct.